Les jeunes adultes aidants : Que faut-il savoir ?

Qu’est-ce qu’un “Jeune Adulte Aidant” ?

On considère qu’un Jeune Adulte Aidant est une personne âgée entre 18 et 25 ans qui apporte des soins, une aide ou un soutien à un membre de sa famille (parent, frère/sœur, grand-parent…) ou un autre proche (ami, petit-ami) sans être rémunéré. Ce proche a besoin d’aide car il a une maladie chronique physique (cancer, maladie cardiaque, etc.), un problème de santé mentale (dépression, schizophrénie, addiction, etc.), est en situation de handicap ou de perte d’autonomie.

En France, environ 1 étudiant sur 6 serait jeune adulte aidant ! (Résultat de l’étude CAMPUS-CARE, voir ci-dessous).

A noter : Au-delà de 25 ans, on parle d’aidant (adulte) et en-dessous de 18 ans, on parle de jeune aidant. Toutefois, il arrive qu’on parle de “jeune aidant” pour tous les jeunes en-dessous de 25 ans.

Quel types d’aides apportent-ils ?

Ils peuvent apporter de l’aide à plusieurs niveaux :

  • La gestion du domicile et des tâches ménagères (ranger, faire à manger, faire les courses, etc.)
  • La gestion de la fratrie (s’occuper des frères et sœurs)
  • Les soins personnels et médicaux (aider le proche à s’habiller, se laver, faire des soins, etc.)
  • Un soutien affectif (écouter, soutenir la personne aidée, etc.)
  • Un soutien dans les tâches administratives (aider à remplir les documents administratifs, etc.)
  • Un soutien financier (travailler pour gagner de l’argent pour la famille)

Quelles sont les conséquences de cette aide pour les jeunes ?

Les études internationales ont montré que l’aide pouvait avoir des conséquences négatives mais aussi positives pour les jeunes.

Les conséquences négatives observées concernent principalement :

  • La santé mentale : inquiétudes, préoccupations pour le proche aidé, tristesse, faible satisfaction de vie
  • La santé physique : fatigue, maux de tête, douleurs dorsales, problèmes de sommeil ou d’alimentation
  • La scolarité : choix d’études pour rester près du domicile, manque de temps pour travailler/réviser, absences, difficultés scolaires, arrêt prématuré des études, etc.
  • L’activité professionnelle : nécessité de travailler pour apporter des revenus à la famille, orientation professionnelle compatible avec l’aide apportée, absentéisme au travail pour s’occuper du proche aidé, etc.
  • Les loisirs et la vie sociale : moins de temps pour soi et donc moins d’activités sociales en général (avec les amis, les collègues, etc.), pouvant entraîner un isolement.
Mais certaines conséquences positives peuvent aussi être observées, telles que :

  • Le développement des capacités empathiques, de la sensibilité et du respect envers autrui
  • Le développement des compétences et de l’autonomie
  • De meilleures capacités d’adaptation
  • Un lien renforcé entre le jeune et le proche aidé

Que peut-on proposer pour les soutenir ?

Il faut savoir qu’en France, nous sommes très en retard sur l’accompagnement des jeunes aidants et des jeunes adultes aidants. Toutefois, quelques aides spécifiques à leur situation existent.

Dans l’enseignement supérieur

Les étudiants peuvent bénéficier d’un aménagement de leurs études, comme les étudiants sportifs de haut niveau ou en situation de handicap (voir arrêté 2/08/2019, “étudiants chargés de famille ou considérés comme aidants familiaux”). En revanche, très peu de personnes sont au courant de cette possibilité donc il ne faut pas hésiter à leur partager le lien vers cette page et celle de l’arrêté !

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a également décidé de valoriser l’engagement des étudiants, comme les activités de bénévolat, l’engagement de sapeur-pompier volontaire, y compris les étudiants aidants familiaux. En effet, ces expériences permettent d’acquérir des compétences, connaissances et aptitudes dans des cadres autres que ceux des cursus habituels de formation (voir circulaire 23/03/2022).

Les étudiants aidants peuvent aussi bénéficier de points supplémentaires pour favoriser leur accès aux bourses sur critères sociaux, sous certaines conditions (informations ici).

Au niveau des associations

Quelques associations nationales connaissent bien les jeunes adultes aidants. Certaines structures ont aussi commencé à se développer sur un plan plus local.

  • L’Association nationale Jeunes AiDants Ensemble (JADE) a pour objectifs de favoriser la reconnaissance des jeunes aidants et le développement de réponses à leurs besoins. Si elle propose des actions principalement pour les enfants et les adolescents « jeunes aidants » et leurs familles, elle peut apporter une aide ponctuelle et des conseils aux jeunes adultes (07 67 29 67 39, Lien Instagram).
    À partir de l’automne 2023, l’association nationale JADE propose LinkAidants®, un blog conçu et animé par un collectif de jeunes adultes aidants.
  • L’association « Avec nos proches » propose notamment une ligne d’information et d’écoute téléphonique, avec quelques écoutants jeunes adultes aidants (01 84 72 94 72).
  • L’Association Française des Aidants (AFA) milite pour que les aidants, quel que soit leur âge, soient pris en considération dans leur juste rôle et à leur juste place au sein de notre société. L’association organise des « Cafés des Aidants », qui sont des temps et des espaces d’information, pour échanger et rencontrer d’autres aidants dans un cadre convivial. A l’heure actuelle, ces évènements accueillent des aidants adultes, mais les jeunes adultes aidants sont les bienvenus.

Des aides plus générales existent pour les jeunes adultes ayant besoin de soutien, comme par exemple :

  • Fil santé jeunes : Service anonyme et gratuit pour les 12-25 ans (0800 235 236)
  • Nightline : Service d’écoute nocturne gratuit pour et par les étudiants (01 88 32 12 32)

Où en est-on de la recherche sur les Jeunes Adultes Aidants ?

La recherche est indispensable pour que ces jeunes soient reconnus dans leur rôle d’aidant, identifiés et soutenus. Cependant, en France, elle en est encore à ses balbutiements !

Létude CAMPUS-CARE est la première étude consacrée aux jeunes adultes aidants étudiants. Elle a été menée auprès de plus de 6000 étudiants. Ses résultats ont été présentés lors d’un webinaire le vendredi 20 janvier 2023 (enregistrement disponible) et à travers une courte vidéo.

Quelques études ont aussi été menées auprès des jeunes aidants. Par exemple, l’étude ADOCARE a été menée auprès de plus de 4000 lycéens. Elle avait pour objectif d’identifier les jeunes aidants adolescents et d’explorer l’impact de cette situation sur leur bien-être. Une courte vidéo présente les principaux résultats.

Pour plus d’informations sur les études sur les jeunes aidants, n’hésitez pas à naviguer sur notre site !

Vous avez envie de contribuer à faire avancer la recherche sur les jeunes adultes aidants ?
Écrivez-nous à :
jaid.psycho@u-paris.fr

Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous écrire.